Gouvernement du Canada / Government of Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Glossaire

Choisir une lettre pour naviguer afin d'obtenir une liste des termes et définitions en ordre alphabétique.

  1. « Précédent
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7

Maintien de la paix

Voir : Forces de maintien de la paix des Nations Unies.

Marine marchande

Les navires affectés au transport des marchandises et des passagers ont souvent joué un rôle de soutien vital en temps de guerre. Les troupes qui ont attaqué Québec en 1690 et 1759 et Louisbourg en 1758 étaient transportées principalement à bord de navires marchands. Par exemple, la flotte qui convoyait l’armée de Wolfe vers Québec comportait 34 navires de transport anglais, 7 ravitailleurs anglais, 4 navires de transport de vivres anglais, 6 ravitailleurs américains et 68 navires de transport américains dont des sloops et des goélettes. Les ravitailleurs étaient des navires marchands affrétés par le Board of Ordnance pour transporter des approvisionnements militaires en temps de guerre. En 1813, par exemple, pendant la guerre d’indépendance américaine, plusieurs navires de ravitaillement ont quitté Londres pour Québec, chargés d’armes et d’approvisionnements pour les miliciens canadiens. Des navires marchands ont également été appelés à transporter des troupes, le premier transport d’envergure de troupes canadiennes se produisant pendant la guerre des Boers (1899-1902).

Dès le déclenchement de la Première Guerre mondiale, la marine marchande a joué un rôle vital en assurant le transport vers l’Europe de centaines de milliers de soldats canadiens et de produits agricoles et industriels de toutes sortes. En 1916, le Canada s’étant engagé à fournir plus de troupes, le gouvernement canadien a affrété le plus gros navire du monde, le RMS Olympic, navire identique au Britannic et au tristement célèbre Titanic. Accueillant 6 000 à 7 000 soldats par traversée, le RMS Olympic a transporté 72 000 soldats canadiens vers l’Europe et environ 58 000 hommes qui rentraient au Canada, jusqu’à l’été de 1919. Certains navires n’ont jamais terminé leur voyage en raison de la présence des sous-marins allemands; les sous-marins ne sont toutefois devenus vraiment dangereux que pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale. Même s’ils n’appartenaient pas aux forces militaires, les marins de la marine marchande canadienne ont été exposés à de graves périls par les sous-marins allemands pendant ce conflit; des quelque 15 000 marins qui servaient à bord de navires marchands, 1 465 ont péri.

Voir aussi : Marine canadienne, Marine provinciale.

Marine provinciale

Force navale déployée sur les Grands lacs et le lac Champlain entre 1755 et la fin de l’année 1813 à peu près, quand la Royal Navy prit en charge le commandement des opérations et des ressources navales sur les Grands Lacs. Cette force anglo-américaine, conçue au départ pour faire opposition aux navires français sur le lac Ontario, devint une organisation navale canadienne. Elle était dotée d’un certain nombre de petits bâtiments légèrement armés qui effectuaient des patrouilles et transportaient du matériel et du personnel entre les divers forts établis sur les Grands Lacs, et surtout les lacs Ontario, Érié et Huron. Les navires de la Marine provinciale prirent part à plusieurs engagements et assurèrent aussi un appui logistique aux troupes britanniques et canadiennes durant la Guerre de 1812. Ses officiers et marins portaient des uniformes et des armoiries de marine.

Voir aussi : Royal Navy.

Marine royale du Canada (MRC)

Formation qui a existé de 1910 jusqu’à l’unification, en 1968, des forces armées. La Marine royale du Canada, assez modeste en temps de paix, prend de l’expansion en temps de guerre.

Matross

Aide-canonniers dans la Royal Artillery et l’Artillerie royale canadienne. Ils aident à charger les canons, à faire tirer ces derniers et à les passer à l’éponge.