Gouvernement du Canada / Government of Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Glossaire

Choisir une lettre pour naviguer afin d'obtenir une liste des termes et définitions en ordre alphabétique.

  1. « Précédent
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4

Garde de la Marine

Nom utilisé dans la Marine française pour désigner les élèves-officiers de marine. Plusieurs Canadiens, notamment Pierre Le Moyne d’Iberville, ont débuté leur carrière militaire comme garde de la Marine.

Garde territoriale des anciens combattants

Corps recruté à partir du 23 mai 1940 et pourvu d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale, âgés de 40 à 65 ans et servant à temps plein et dans la réserve. Il atteignit le chiffre de quelque 10 000 hommes en 1944, plus 8 000 autres à temps partiel. La grande majorité d’entre eux servirent au Canada, et l’on compta quelques compagnies à Terre-Neuve, à Londres (Angleterre), à Nassau (Bahamas) et à Georgetown (Guyane). En 1944-1945, certains se rendirent en Inde et en Birmanie en tant que « peaussiers de mule ». Un certain nombre d’anciens combattants surveillèrent des centrales électriques, des usines et d’autres installations jugées essentielles à l’effort de guerre, mais la plupart agirent comme gardiens auprès des camps de prisonniers de guerre et d’internement d’étrangers ennemis au Canada. La Garde territoriale continua de servir après la guerre jusqu’en mars 1947, date à laquelle les derniers anciens combattants furent libérés.

Gaz

Gaz toxiques libérés d’un contenant ou par obus, et destinés à l’ennemi; utilisés par les deux camps, mais uniquement dans la guerre de 1914-1918. L’Armée allemande fut la première à s’en servir à Ypres en 1915, mais les troupes canadiennes parvinrent à résister. Vu le vent d’ouest prédominant sur le front de l’Ouest, les gaz furent plus utiles aux Alliés. Il s’agissait habituellement d’ypérite, de phosgène ou de chlore gazeux.

Gendarmerie royale du Canada (GRC)

Formation levée au départ en 1873, sous la forme d’une force constabulaire à cheval, fortement armée, dans les Prairies canadiennes. Durant les deux guerres mondiales, des contingents de la GRC servirent de prévôté au sein des forces armées.

Gouverneur, gouverneur général

Dès les premières colonies de la Nouvelle-France du XVIIe siècle, le gouverneur - et plus tard gouverneur général parce qu’il avait le grade de général - était le commandant suprême des forces présentes dans la colonie et, tout comme aujourd’hui, le représentant direct de l’autorité de la Couronne au pays. Les gouverneurs des premières colonies britanniques au Canada, comme la Nouvelle-Écosse, étaient investis de pouvoirs similaires. Jusqu’au milieu du XXe siècle, un gouverneur ou gouverneur général canadien assumait d’importantes responsabilités militaires et civiles, de sorte que le poste était systématiquement occupé par un officier supérieur de carrière. Par la suite, après l’avènement du « gouvernement responsable » et de la Confédération, le poste devint essentiellement lié à des questions de politiques et de protocole. Néanmoins, en tant que chef d’État du Canada, le gouverneur général est également le commandant suprême des Forces canadiennes. Le premier gouverneur général né au Canada fut Pierre de Rigaud de Vaudreuil-Cavagnal (1755-1760) sous le Régime français. Après 1760, le premier gouverneur général né au Canada fut Sir Vincent Massey (1952-1959). La première femme à devenir gouverneur général du Canada fut l’Honorable Jeanne Sauvé (1984-1990).