Gouvernement du Canada / Government of Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Glossaire

Choisir une lettre pour naviguer afin d'obtenir une liste des termes et définitions en ordre alphabétique.

Aide-de-camp

Officier affecté à l’état-major pour le service personnel d’un général.

Aiguillette

Cordon s’attachant à l’épaule et dont l’origine remonte à la cavalerie française du XVIIe siècle; accessoire porté par les élèves-officiers au XVIIIe siècle. À partir de 1731, les élèves-officiers canadiens portèrent une aiguillette bleue et blanche, ce qui leur valut le sobriquet de « cadets à l’aiguillette ». Durant les Guerres napoléoniennes, des aiguillettes d’or ou d’argent furent ajoutées aux uniformes des généraux et des officiers d’état-major, comme les aides de camp dans les grandes armées. Au Canada, les officiers d’état-major portaient aussi des aiguillettes, et on en voit encore sur les uniformes des aides de camp du gouverneur général du Canada ainsi que des lieutenants-gouverneurs des provinces.

Alliances militaires

L’alliance de plusieurs pays pour assurer leur sécurité commune a été le fondement des alliances militaires. Le Canada a été lié par les alliances de la France, puis de la Grande-Bretagne, jusqu’à l’adoption du Statut de Westminster, en 1931, le pays devenant alors totalement responsable de ses affaires étrangères. Le Canada a maintenu ses alliances militaires avec la Grande-Bretagne et les États-Unis et il fait actuellement partie de l’OTAN et du NORAD.

Voir aussi : OTAN, NORAD.

Amphibie (opération)

Les opérations amphibies sont des opérations interarmées qui font intervenir les forces maritimes et terrestres et, depuis le XXe siècle, les forces aériennes. Dans une opération amphibie, une force opérationnelle navale transporte des troupes par mer et les débarque en sol ennemi. Depuis le XXe siècle, la maîtrise de l’air est devenue essentielle au succès de toute opération amphibie. Les grands États européens ont tous mené des opérations amphibies, les Britanniques devenant des experts en la matière à partir du XVIIe siècle. Même si la Grande-Bretagne n’avait qu’une armée de terre relativement modeste, sa capacité de déployer ses soldats grâce à sa puissante marine a contribué à en faire une puissance mondiale.

Au Canada, les sièges de Louisbourg, en 1758, et de Québec, en 1759, ont été des opérations amphibies remarquables qui ont nécessité une étroite coopération entre la Marine royale et l’Armée britannique. Si l’on excepte quelques engagements mineurs pendant la guerre de 1812, les Canadiens n’ont pas mené d’opérations amphibies avant la Seconde Guerre mondiale.

La première fut le raid désastreux sur Dieppe, en France, le 19 août 1942. Des opérations réussies ont suivi, en 1943, quand la 1re Division du Canada a débarqué en Sicile, le 10 juillet, et quand le 13e Groupe-brigade a débarqué à Kiska, en Alaska, avec les Américains. La plus importante opération amphibie de l’histoire a été le débarquement en Normandie, le 6 juin 1944. À cette occasion, quelque 12 000 soldats canadiens se sont assurés de l’une des cinq plages de débarquement, la MRC et l’ARC fournissant un grand nombre de navires et d’escadrons pour l’assaut du jour J. Ce fut la plus importante contribution du Canada à une opération de cette nature.

Archer

Jusqu’au XVIe siècle, un soldat armé d’un arc et de flèches. Dans la France de l’Ancien régime comme en Nouvelle-France, ce mot servait à désigner un agent de police.