Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

ANNEXE A: L'Organisation de la Nouvelle-France

La prévôté en Nouvelle-Franc (2 pages)

La maréchaussée

Il est souvent fait mention de la présence d'une « maréchaussée » et « d'archers » en NouvelleFrance, habituellement en relation avec l'administration de la justice. Cette institution remonte au Moyen Âge, alors qu'un maréchal du roi avait la responsabilité de faire appliquer les lois par l'entremise des « prévôts des maréchaux » et de leurs archers. Ce corps devint connu sous le nom de maréchaussée au XIVe siècle. Au début, les hommes qui le composaient étaient de véritables archers. Leur armement changea au fil des siècles, mais l'appellation leur resta. On les nommait aussi « hoquetons », du nom donné autrefois à la casaque qu'ils portaient. Au XVIIe siècle, on trouvait des troupes de la maréchaussée dans presque toutes les villes et provinces de France. L'institution se répandit outre-mer, en commençant par le Canada.

La maréchaussée fut instituée en Nouvelle-France par un édit de Louis XIV, daté du 9 mai 1677. Il s'agissait d'une petite troupe de six archers commandée par un prévôt qui siégeait à Québec. Ce dernier fut assisté, quelques années plus tard, par un « exempt » (lieutenant), mais on réduisit le nombre d'archers à quatre. La ville de Montréal étant particulièrement tumultueuse, à cause des « désordres de l'eau-de-vie », le marquis de Vaudreuil y établit un lieutenant et trois archers, en 1709. Cette petite maréchaussée canadienne pourchassait les malfaiteurs à pied, en carriole et en canot, mais n'était pas montée, contrairement à celle de France, bien qu'elle louât des chevaux au besoin. Malgré de fréquentes demandes pour que ses effectifs soient augmentés, elle resta une petite troupe de police. Tout au plus fut-elle renforcée à l'occasion par des soldats, mais ceux-ci n'appréciaient pas ce genre d'affectation.

La maréchaussée n'eut pas non plus, au Canada, de véritable uniforme. Ceux qui en faisaient partie portèrent d'abord une bandoulière et une casaque, puis, à partir du début du XVIIIe siècle, seule la bandoulière leur resta comme signe distinctif. Celle-ci semble avoir été en velours bleu, brodée de fleurs de lys et d'ancres. Le prévôt avait droit au « bâton de commandement », qui était, dans son cas, bleu, semé de fleurs de lys or. Les archers étaient armés de fusils et d'épées. Comme les soldats, ils étaient éligibles à la demi-solde donnée aux troupes de la Marine à la retraite.

Disparue avec le départ des autorités françaises, la maréchaussée fut le premier corps policier qui exista au Canada. Par ses attributions, cette humble troupe fut l'ancêtre du corps actuel de la Prévôté militaire, de la Gendarmerie royale et de tous les corps policiers du pays qui continuent de veiller à l'application des lois.