Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

ANNEXE A: L'Organisation de la Nouvelle-France

Les état-majors (3 pages)

L'état-major des places de guerre

Louis-Philippe de Rigaud de Vaudreuil, Marquis de Vaudreuil (1691-1763)

Louis-Philippe de Rigaud de Vaudreuil, Marquis de Vaudreuil (1691-1763)
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les villes dites chefs-lieux, telles Québec, Montréal et Trois-Rivières au Canada, Louisbourg à l'île Royale et la Nouvelle-Orléans en Louisiane, ont un gouverneur particulier, responsable de la direction et de l'administration civile et militaire. Toutefois, à Québec, siège administratif de toute la colonie, le gouverneur général occupe en même temps ce poste.

Au service de ce gouverneur particulier se trouve un état-major des places de guerre, composé de quelques officiers responsables de l'administration militaire de la ville. La garnison, cependant, reste sous l'autorité de ces propres officiers. Les membres de l'état-major des places de guerre portent des titres assez inusités à cause de l'origine médiévale de leurs fonctions : le lieutenant du roi, le major et le capitaine des portes.

Le lieutenant du roi ne se rapporte évidemment pas au roi lui-même ! C'est en fait un lieutenant-gouverneur qui s'occupe surtout de l'administration militaire de la place de guerre et qui supplée au gouverneur en son absence. Le poste de lieutenant du roi ne fut établi à Québec qu'en 1692 ; en 1697, ce fut au tour de Montréal, puis en 1715, de Trois-Rivières.

Le grade de major est le plus ancien au Canada. Dès 1648, Lambert Closse est nommé à ce poste à Montréal, mais on attendra jusqu'en 1669 à Québec et jusqu'en 1692 à Trois-Rivières pour en désigner un. Le major s'occupe des détails de l'administration militaire, en particulier du logement des soldats. Au milieu du XVIIIe siècle, on trouve aussi des aides-majors.

La fonction de capitaine des portes, remontant au Moyen Âge alors que l'on murait les villes, existe toujours dans l'état-major de Montréal au milieu du XVIIIe siècle. Elle consiste à veiller à ce que les portes de la ville soient bien gardées le jour et fermées la nuit.

Ce sont généralement des officiers des troupes de la Marine qui sont promus à ces fonctions, soit pour leur permettre d'obtenir des postes influents dans l'organisation militaire ou encore à titre de récompense pour de loyaux services.